Les mandragores

Les cinquième et sixième fils de Léa, neuvième et dixième de Jacob, naissent après l’épisode des mandragores.

Genèse 30
14 Et Ruben sortit aux jours de la moisson du froment, et il trouva des mandragores (דוּדָאִים, DWDAYM, Doudayim) dans les champs, et les apporta à Léa, sa mère. Et Rachel dit à Léa: Donne-moi, je te prie, des mandragores (מִדּוּדָאֵי, MDWDAY, MiDoudaéy) de ton fils.
15 Et elle lui dit: Est-ce peu de chose que tu m’aies pris mon mari, et tu prends aussi les mandragores (אֶת־דּוּדָאֵי, AT-DWDAY, Ète-Doudaéy) de mon fils! Et Rachel dit: Eh bien, il couchera avec toi cette nuit pour les mandragores (מִדּוּדָאֵי, MDWDAY, MiDoudaéy) de ton fils.
16 Et Jacob vint des champs sur le soir, et Léa sortit à sa rencontre, et dit: C’est vers moi que tu viendras, car je t’ai loué (שָׂכֹר, SKR, Sakor) pour les mandragores (בְּדוּדָאֵי, BDWDAY, BeDoudaéy) de mon fils. Et il coucha avec elle cette nuit-là.
17 Et Dieu entendit Léa, et elle conçut, et enfanta à Jacob un cinquième fils.
18 Et Léa dit: Dieu m’a donné mon salaire (שְׂכָרִי, SKRY, Sekari), parce que j’ai donné ma servante à mon mari. Et elle appela son nom Issacar (יִשָּׂשכָר, YSSKR, Yisaskar).

Rapprocher Cantique des Cantiques, 7, 12-14 :
Viens, mon bien-aimé (לְכָה דוֹדִי, Lekha Dodi), sortons dans les champs, demeurons dans les villages! Dès le matin nous irons aux vignes, nous verrons si la vigne pousse, si la fleur s’ouvre, si les grenadiers fleurissent. Là je te donnerai mon amour (אֶת־דֹּדַי, AT-DDY, Ète-Dodaï). Les mandragores (הַדּוּדָאִים, HDWDAYM, HaDoudayim) répandent leur parfum, et nous avons à nos portes tous les meilleurs fruits, nouveaux et anciens: Mon bien-aimé (דּוֹדִי, DWDY, Dodi), je les ai gardés pour toi.

(cité par Marie Vidal, Jésus et Virounèka, Romillat 2000, p. 222. Elle traduit aussi DWDAYIM par « pommes d’amour »).

19 Et Léa conçut encore, et enfanta à Jacob un sixième fils.
20 Et Léa dit: Dieu m’a donné (זְבָדַנִי, ÇBDNY, Zevadani) un beau don (זֵבֶד טוֹב, ÇBD tWB, Zeved Tov); cette fois mon mari habitera (יִזְבְּלֵנִי, YÇBLNY, Yizbeléni) avec moi, car je lui ai enfanté six fils. Et elle appela son nom Zabulon (זְבֻלוּן, ÇBLWN, Zevouloun).

Voir aussi :
Un érudit en Torah

Envoyez un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.