Deux ans de réflexion

Deux années sont censées séparer les rêves des compagnons de Joseph prisonnier et ceux de Pharaon.

Genèse 41, 1
וַיְהִי מִקֵּץ שְׁנָתַיִם יָמִים
WYHY MQZ SNTYM YMYM
VaYehy MiQets Chenatayim Yamym
Au bout de deux ans Par’au eut un songe (Samuel Cahen)
Et c’est au bout de deux ans de jours, Pharaon rêve (André Chouraqui)
Et il arriva, au bout de deux années révolues, que le Pharaon songea (John Darby)
Au bout de deux ans, Pharaon eut un songe (Louis Segond)
Or il arriva, après deux années entières, que Pharaon fit un songe (Septante en français)
Ce fut à la fin de deux années, Pharaon rêva (Rabbinat)

Toutes ces traductions, quoique assez différentes, ont en commun de traduire שְׁנָתַיִם, SNTYM, Chenatayim par « deux ans ». Il y a là une contraction des mots SNH, Shanah, “année”, SNYM, Shenaym, “Deux” au masculin, STYM, Shetaym, « Deux » au féminin. Que la Septante parle également de « deux années entières » n’est pas indifférent, puisque le midrash chrétien a fait de ces deux ans l’âge maximal des enfants assassinés par Hérode dans le Massacre des Innocents.

Or citant Rabbi Nahoum de Tchernobyl, Catherine Chalier, dans un commentaire sur Akadem, intitulé « le sommeil de Pharaon », rapproche שְׁנָתַיִם, SNTYM, Chenatayim de שְּׁנָת, SNT, Chenat, « sommeil ».

Exemple : Genèse 28,16
וַיִּיקַץ יַעֲקֹב מִשְּׁנָתוֹ
WYYQZ YŒQB MSNTW
Vayiqets Ya’aqov MiChenato
Jacob s’éveilla de son sommeil
(noter « Vayiqets », il s’éveilla, comme « Miqets », au bout de. Au bout du sommeil, il y a le réveil)

Chaque enfant oublie quel jour il est né, et aussi les deux années qui le rattachent à sa mère, celle de la grossesse, et celle de l’allaitement. Chaque nuit est à la charnière de l’année qui s’achève et de celle qui commence. La vie d’un homme, comme le règne d’un roi, commence une année donnée, s’achève une année donnée. Et la fin d’un règne, c’est le début du suivant. Rien ne prouve que le Pharaon qui met en prison Joseph soit aussi celui qui le délivre.

Voir aussi
Lectures de « Miqets »
Montées de « Miqets »

Envoyez un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.