Son Altesse le Père

La Bible parle d’abord d’un nommé Abram, AB-RM. AB veut dire « Père »; RM, c’est “haut”. « Père Haut », cela ne veut pas dire grand chose ; « Père élevé », c’est déjà plus éclairant.

Tout langage est fait de métaphores inconscientes : le maçon élève un mur, le fermier élève des canards, les parents élèvent l’enfant. Le sens figuré de ‘haut’ est “hautain”, “fier”, « altier ». AB-RM peut donc se lire comme un titre honorifique : « Son Altesse le Père ». Il ne s’agit plus d’un nommé Abram, mais de tout père qui se reconnaîtra comme tel.

Il y a plus. Tout enfant regarde son père – Papa, Abba – du bas vers le haut, le père regarde ses enfants du haut vers le bas. Nous parlons de nos “ascendants”, et tout père peut parler de sa “descendance”, présente ou à venir. Tout en haut de notre “arbre généalogique”, en lignée masculine, figure le père de notre père de notre père… Où s’arrêter ? L’homme “descend” du singe, dit-on. Mais où est le “chaînon manquant”, ce bébé homme qui aurait pour père un singe ? (1). Ce dont parle la Genèse, c’est comment un père devint, le premier, conscient de sa paternité.

(1) Sur ce thème, on relira l’admirable roman de Vercors “Les animaux dénaturés” (Albin Michel, 1952).

Envoyez un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.