Le tir à l’arc

Alors que l’alliance d’Abraham et son signe, la circoncision, sont détaillées au chapitre 17 de la Genèse sur une quinzaine de versets, le lot de consolation pour Ismaël est expédié au seul verset 20 :

« Quant à Ismaël, je t’ai écouté, je l’ai béni, et je le ferai fructifier et multiplier extrêmement; il engendrera douze princes , et je le ferai devenir une grande nation (GWY GDWL, Goy Gadol) » Douze princes, une seule grande nation, certes nombreuse, mais pas la multitude de rois et de nations promise à la descendance d’Isaac. Abraham circoncit Ismaël, mais il a déjà treize ans, ce qui ajoutera à la rancœur d’Ismaël, qui se souvient toute sa vie d’adulte de la douleur aiguë de la circoncision, douleur dont Isaac, circoncis au huitième jour, n’a pas le moindre souvenir .

Ismaël a le mérite des autodidactes. Mais c’est un jaloux, un frustré. Il ne résiste pas au plaisir malsain de dénigrer Isaac, comme font tous les élèves du monde pour le “chouchou” du prof. Il y a quelque chose de puéril chez Ismaël, “sale gosse” insatisfait ; c’est sa mère qui lui trouve une épouse, il s’adonne au tir à l’arc :
Genèse 21, 20 :
וַיְהִי אֱלֹהִים אֶת־הַנַּעַר וַיִּגְדָּל וַיֵּשֶׁב בַּמִּדְבָּר וַיְהִי רֹבֶה קַשָּׁת
WYHY ALHYM AT-HNŒR WYGDL WYSB BMDBR WYHY RBH QST
Vayehi Elohim Ète-Na’ar Vayigdal Vayoshèv BaMidbar Vayehi Rovèh Qashat
Dieu fut avec le jeune homme qui grandit, s’établit dans le désert, et devint tireur d’arc..
Ismaël fait son devoir quand meurt Abraham. Pour l’enterrement de leur père, les deux frères se rencontrent, sans effusion mais sans incident, près du caveau où repose déjà Sarah, dans le champ d’Efrone, le Hittite (Genèse 25, 8-10).

L’amertume d’Ismaël n’a jamais cessé. Dans plusieurs conflits récents, il a continué de tirer à l’arc sur le territoire d’Israël :
- les roquettes SCUD de Saddam Hussein, pendant la première Guerre du Golfe (janvier 1991), ont atteint Petah Tikva;
- les roquettes du Hezbollah pendant la 2ème guerre du Liban (juillet 2006) ont atteint Haïfa;
- et depuis, les roquettes du Hamas n’en finissent pas de harceler Sderot, d’atteindre Asqelon et Ashdod.

L’arc permet de tirer au-dessus des murailles, et les fusées veulent dire à Israël qu’aucune “barrière de sécurité” ne le protégera. Mais quand Oussama Benladen invectivait “les Juifs et les Croisés” et envoyait le 11 septembre 2001 des avions-suicides sur les tours jumelles de Manhattan, ce n’était pas d’Israël dont il se moquait, c’était d’Isaac, père tant de Jacob/Israël que d’Esaü et ancêtre d’une multitude de nations “judéo-chrétiennes”.

Une réponse à “Le tir à l’arc”

  1. mllevy dit:

    Les cerfs-volants enflammés de Gaza sont en mai- juin 2018 un nouvel avatar du « tir à l’arc ».

Envoyez un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.